TAUX DE CHOLESTÉROL ÉLEVÉ

Le cholestérol est souvent perçu comme néfaste, mais, en réalité, une certaine quantité est nécessaire au bon fonctionnement de notre corps.En effet, on le retrouve partout : le cholestérol est la composante de base des parois cellulaires, mais aussi des principales hormones telles que l’œstrogène, la testostérone et le cortisol.Il est nécessaire à la production de vitamine D, dont nous avons besoin pour avoir des os solides.La bile, qui a pour fonction de décomposer et de nous aider à digérer les graisses provenant de la nourriture, est également composée en grande partie de cholestérol.

Cependant, l’alimentation typique en Amérique de Nord contient de trop nombreux aliments qui contribuent à l’augmentation des taux de cholestérol, bien au-delà des besoins de notre corps. Le surplus de cholestérol total et le cholestérol LDL (connu sous le nom de « mauvais cholestérol ») se déposent alors sur les parois internes des vaisseaux sanguins et entraînent leur rétrécissement.Résultat : l’oxygène et les nutriments ont du mal à atteindre les organes vitaux.Plus dangereux encore, un rétrécissement des vaisseaux sanguins peut empêcher l’oxygène d’arriver jusqu’au cœur ou au cerveau, augmentant ainsi les risques de crise cardiaque et d’AVC.

Un taux de cholestérol élevé peut s’apparenter à des travaux sur une autoroute très fréquentée : les voies sont rétrécies, ce qui ralentit la circulation.Si toutes les voies de l’autoroute se trouvent fermées à cause des travaux, nous ne pouvons pas atteindre notre destination, et les conséquences peuvent être fâcheuses.C’est ce qui se passe lorsque le cholestérol rétrécit nos vaisseaux sanguins et bloque le débit sanguin vers les principaux organes : l’oxygène et les nutriments ne peuvent arriver à destination, ce qui finit par endommager les organes et les tissus.

Les risques de maladies cardiovasculaires et d’accident vasculaire cérébral peuvent être réduits directement par la diminution du taux de cholestérol total et de « mauvais cholestérol » (cholestérol LDL), ainsi que par l’augmentation du taux de « bon cholestérol » (ou cholestérol HDL). Il est donc essentiel de surveiller son taux de cholestérol.

Les conseils de la Dre Hilary : changer ses habitudes pour réduire son cholestérol

  • Modifier son alimentation :mettez en place une alimentation riche en fibres constituée de légumes, de fruits, de poisson, de volaille maigre, de légumineuses, de céréales complètes, de noix et d’huile d’olive.
  • Aliments à éviter  
    • Les gras trans : ces graisses d’origine artificielle sont néfastes pour l’organisme. On ne les retrouve pas au naturel. On les trouve dans de nombreux produits emballés et aliments frits. Les gras trans sont en grande partie responsables de l’augmentation du mauvais cholestérol et de la réduction du bon cholestérol. Il vaut mieux les éviter totalement.
    • Les graisses saturées : présentes naturellement dans les aliments, ces graisses sont bonnes pour la santé à faible dose, mais contribuent à des taux élevés de cholestérol si on les consomme en trop grandes quantités. On les trouve par exemple dans la viande rouge, les produits laitiers, la noix de coco, l’avocat et les noix. Essayez de maintenir votre consommation de graisses saturées à un maximum de 6 % de votre apport quotidien en calories. Cela équivaut à environ 13 g par jour dans le cadre d’une alimentation normale (2000 kcal par jour).
    • Les sucres :il existe une corrélation entre l’apport en sucre ajouté et l’augmentation du cholestérol total, du cholestérol LDL et des risques de maladie cardiaque. Il est donc recommandé de consommer le moins de sucre possible, en ne dépassant pas 25 g par jour.Lire les étiquettes nutritionnelles et éviter les boissons et les collations sucrées reste le meilleur moyen de limiter sa consommation de sucre.
    • On peut consommer avec modération des aliments qui contiennent du cholestérol.Par exemple, les œufs sont une bonne source de nutriments et de protéines. Il est cependant recommandé d’en manger au maximum 7 par semaine afin de maintenir des taux de cholestérol adéquats.
    • Maintenir son poids santé : une activité physique régulière et une alimentation équilibrée sont essentielles pour maintenir son poids santé, qui est directement lié à l’amélioration des taux de cholestérol.
    • Faire de l’exercice : pratiquer une activité aérobique pendant au moins 150 minutes par semaine est la meilleure façon d’augmenter son taux de « bon cholestérol » (HDL) et de réduire son taux de « mauvais cholestérol » (LDL).
    • Arrêter de fumer : la cigarette constitue l’un des facteurs de risque principaux dans le développement d’une maladie cardiaque. Lorsqu’elle est associée à des taux élevés de cholestérol, le risque de maladie cardiaque est encore plus important que lorsque ces facteurs de risque sont présents individuellement.
    • Faire des analyses en laboratoire :nous vous recommandons d’effectuer un bilan lipidique dans le cadre de votre bilan sanguin annuel, et ce dès 18 ans pour avoir un point de comparaison.

Lorsqu’il est présent en quantité adéquate, le cholestérol permet à notre corps de fonctionner correctement.Cependant, de nombreux régimes alimentaires contiennent trop d’aliments qui contribuent à l’augmentation des taux de cholestérol, bien au-delà des besoins de notre corps.L’excès de cholestérol peut s’accumuler dans nos vaisseaux sanguins et empêcher ainsi l’oxygène d’atteindre nos organes, causant des dommages à notre corps.

Sale

Unavailable

Sold Out

French
French